Le Laos…bonheur à l’état pur

De retour de la jungle donc sur internet! C’est long je vous averti mais ça en vaut la peine. Les quatre derniers jours ont été époustouflants.

C’est une grosse journée qui commence (vendredi 5 avril). On ferme les bagages et on check out de ce si merveilleux hôtel de Luang Prabang. On quitte Nam, Lei et La pour aller vivre quelque chose de différent. Nous arrivons de justesse à la gare pour attraper le bus de 9h. C’était plus un minivan pouvant accueillir maximum 25 personnes dont seulement deux touristes. NOUS! J’ai bien senti ce que voulait dire être en minorité. 😆Toujours avec grand respect, les gens nous dévisageaient et trouvaient drôle notre façon de parler. Un petit bébé d’à peine deux ans à passer une grande partie du voyage à me regarder. Il était tellement mignon. 😊 Après 1h45 de trajet avec quelques arrêts pipi, essence, remettre de l’eau dans le moteur du minivan??? (on a pas bien compris pourquoi), de routes cahoteuses à te faire bondir dans les airs lorsque tu es dans le dernier banc (et je l’avoue avoir crier chaque fois, ce qui n’a pas manquer faire rire les autres passagers) et des paysages montagneux magnifiques, le chauffeur nous débarqué au bout du pont comme l’information sur le site de madame Noy le précisait. C’est à ce moment que le deuxième orage depuis notre arrivée en Asie a décidé de tomber. Contrairement à chez nous, les orages ici passent à la vitesse de la lumière. Le temps de descendre du bus, de se mettre à l’abri, de sortir et d’installer les housses sur nos sacs à dos, c’était terminé. Après quelques minutes d’attente, Pierre qui travaille avec Noy nous a installé dans sa barque avec nos bagages et nous a amené aux bungalows. Nous avons traversé le village sous le regard amusé des enfants.

Noy nous attendais sur le pas de sa porte. Elle comprends très bien le français, le parle également, bien que j’ai un peu de difficulté à tout comprendre. Elle est vraiment très drôle. Son chiot qui s’appelle Omelette est littéralement tombé en amour avec nous. Après un excellent lunch, nous avons fait la sieste. Nous sommes les seuls visiteurs à part Jean-Baptiste un breton qui vit à Paris. Mais ce dernier est ici en vacances et ne fait pas les activités proposées par Noy.

Après une petite marche dans le village, nous arrêtons dans un des deux seuls commerces. On se fait un petit happy hour avec une beerlao et un sac de croustilles au paprika. La dame qui tient l’épicerie ne parle que lao mais ça ne l’empêche pas de me faire comprendre qu’elle a trois grandes filles très jolies (photos à l’appui) qui vivent à Luang Prabang. Elle est même grand-mère. Que de fierté dans son regard! Maudavie, une petite fille d’environ 6 ans, attire notre attention comme tous les enfants sont capables de le faire quand il y a des étrangers dans la place. Elle se cache et sautille partout. Son rire est d’une pureté que l’on ne peut qu’éclater de rire nous aussi. Et tout cela sans un mot.

Après la douche, je suis assise sur le balcon de notre bangalow à écrire ces quelques lignes et je vois Noy qui approche. Elle me demande ça va dans son français si mignon. Elle est armée d’un couteau. 🥺 Elle me dit, je vais chercher des légumes pour le souper. Son jardin est situé derrière notre bungalow. Du même coup, elle vérifie au passage le degré de mûrissement des jackfruits (jacquiers) qui sont là juste devant moi. C’est presque surréaliste comme tableau.

Après une nuit parsemée de chants du coq (ils en font plusieurs des snoozes ceux-là, j’avoue que cette nuit j’ai souhaité le manger pour souper afin de pouvoir dormir en paix), on se prépare pour aller visiter trois villages. Nous attendons la fin de l’orage pour partir. Il nous a fallu plus d’une heure de bateau pour atteindre le premier village. Avec Noy, nous avons marché et elle nous a parlé de la façon de vivre des habitants. C’est samedi donc pas d’école, les enfants font la chasse aux cigales et ces bestioles sont très appréciées ici. Nous sommes allés dans une famille dont la dame travaille le coton. Elle le cultive, le récolte, le carde, l’aère, le file, le teint et le tisse (voir photos). Elle m’a montré comment carder. Avec ce coton que j’ai cardé moi-même, elle a tissé un fil pour en faire des bracelets. Toutes les personnes présentes ont pris deux fils de coton fraichement tissés pour les attacher à chacun de nos poignets en nous offrant des voeux de santé, de joie, de bonheur, etc. Moment très touchant 😌

Nous avons ensuite partagé le repas avec eux. Ce fût très agréable. Malgré la barrière de la langue, nous avons beaucoup rit. L’accueil laotienne n’est pas une légende. Déjà en ville nous sentions bien la gentillesse des gens. Ici à la campagne c’est encore plus présent. Ils sont toujours souriants et tellement généreux.

Nous sommes repartis en bateau pour la visite du village des H’mong. Moment un peu plus difficile je dois dire. C’est le peuple le plus défavorisé que nous ayons rencontré. Les hommes ici pratiquent la polygamie. Ils ont entre deux et trois femmes. Le village compte un nombre impressionnant d’enfants. C’est d’ailleurs avec eux que nous avons passé un moment à l’ombre. Ils adorent être pris en photos. Ils adorent encore plus voir leurs photos. Les femmes sont très jeunes, déjà à 22 ans, la maman que nous avons rencontré avait trois enfants. Noy nous expliquait que ce sont les femmes qui travaillent. Elles accrochent le bébé dans leur dos et direction la forêt puisque c’est là qu’elles travaillent toutes. Difficile tout cela pour la nord américaine que je suis. Plein de réflexions m’ont habité après cette visite. 🤔

Pour terminer cette journée, marche de deux kilomètres sous un soleil de plomb pour nous rendre au troisième village qui était le mieux nanti. Après un rafraichissement, on reprend la route pour retourner au bungalow.

Noy regarde les photos de la journée avec nous en sirotant un petit verre de beerlao. Par la suite, elle nous dit qu’elle doit retourner à son travail. Discrètement, elle accroche un coq attaché par le cou à un arbre. Mais ce dernier ce débat si fort qu’il attire notre attention. 18h et notre souper viens de rendre l’âme. On est loin des barquettes en styromousse et du saran wrap. Faites attention aux souhaits que vous formulez, parlez-en au coq 🥴

Deuxième journée. Toujours les coqs évidemment. Je prends mon mal en patience et fini par me rendormir. Aujourd’hui, nous partons en randonnée dans la montagne avec Pierre et Bam, sa femme. Nous marcherons 12 km au total. Nous pique-niquerons au sommet de la montagne. Il faut beau et le soleil nous fait bien sentir sa présence. Nous avons escaladé une cascade. La végétation est luxuriante malgré la saison sèche. C’est Bam qui ouvre le chemin. Elle cueille sans cesse toutes sortes de verdure. C’est même elle qui a trouvé deux crabes que Pierre a pêché.

Rendus au sommet, nous nous installons dans une petite maison bâtie pour les gens qui viennent à la montagne pour travailler la terre. Pierre allume un feu sur lequel Bam fera cuire des herbes enroulées dans une feuille de palmier. Elle nous cuisinera sur place une salade de papaye verte et Noy avait préparé un pad thaï au poulet (oui ,oui celui là même). Bam m’a laissé participer à la préparation de la papaye. Nous avons mangé à même le sol de la petite cabane sur des grandes feuilles de palmier. C’était génial comme aventure et en plus c’était délicieux évidemment. Et oui maman j’ai lavé mes mains avant de manger 😂 Nous avons terminé cela avec du Jackfruit.

Après ce bon repas, sieste dans la jungle pour tous 😴Le retour a été assez difficile. Disons que le sentier était très accidenté, la température et l’altitude demandaient beaucoup d’énergie mais avec grande fierté nous y sommes arrivés. Exténués mais encore une fois ravis de notre expérience.

C’est ainsi que s’achève cette merveilleuse aventure aux bungalows de Noy. Quiconque vient au Laos et cherche à ne pas suivre les sentiers touristiques traditionnels sera charmé de passer un moment ici. Nous ont a pris la totale mais il y a moyen de ne pas tout faire et juste se reposer.

Finalement, ce n’est pas tout à fait comme cela que se termine cette aventure…

Le niveau de la rivière étant trop bas pour nous ramener en bateau à la route pour prendre le bus, Noy vient nous reconduire en voiture. Après une attente de deux heures et le passage de plusieurs tuk tuk trop pleins ou qui ne se rendaient pas à Luang Prabang, le véhicule d’un privé s’est arrêté pour acheter quelque chose à boire. Noy a interpellé le chauffeur, un lao, pour lui demander s’il pouvait nous embarquer. Il a demandé à son « boss » qui a dit oui. C’est comme cela que nous avons quitté Noy et fait la rencontre de Jessie, un jeune canadien originaire de la Saskatchewan qui parlait assez bien français et qui se prenait pour Pitbull (le rappeur). Ce dernier nous accueille, avec son haut parleur bluetooth à la main en disant (en français) : « une seule règle à bord, on écoute ma musique ». Et c’est comme cela que débutât le trajet qui prends habituellement 1h45 mais que nous avons fait en à peine 1h15 (c’est vous dire à quelle vitesse nous roulions dans ces chemins de montagnes tortueux et en réparations, j’ai prié pour arriver en un seul morceau) au son de Ladygaga et de la bande sonore du film Star is born en boucle. Il faut savoir que pour ma part, je ne suis pas une fan, en fait jentrouve qu’on l’a trop entendu dans les derniers mois cette chanson. Mais bon c’était ça ou rester sur le bord de la route au milieu de nul part dans la jungle laotienne. Quelle expérience!

Arrivés à Luang Prabang, finalement en un morceau, nous avons trouvé un transport pour l’autre partie du trajet soit se rendre à Vang Vieng (le Old Orchard du Laos). Un trajet qui prendra finalement presque 4 heures dans les montagnes. Mais quelles montagnes, le paysage était à couper le souffle! La route elle traumatisante. Sinueuse à souhait, des virages pas possible, la totale pour une deuxième fois dans la même journée 😩 j’avoue m’être beaucoup ennuyée de ma petite voiture. Les virages étaient tellement serrés que les pneus du minivan crissaient et ça sentait le caoutchouc. Là encore j’ai demandé protection, à Bouddha cette fois, pour atteindre la destination. Après s’être installés à l’hôtel, nous sommes allés manger du canard grillé pour mettre fin à cette journée haute en émotion.

Là c’est vraiment terminé 😌

Manon

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10158394880818858&type=3

Publicités

3 réflexions sur “Le Laos…bonheur à l’état pur

  1. Wow Manon! C’est toute une aventure!…Les très belles photos en témoignent! Profitez en bien! C’est un super voyage! Le transport n’a pas l’air facile pour les déplacements! Je vous trouve bons!
    Et la chaleur? Bonne route! Lyne qui lit tout avec attention, je découvre avec vous, dans mon confort d’ici! Nous avons eu, hé oui, une belle grosse bordée de neige hier! (8 avril) …tout un autre décor!
    Ici on se demande si nous arriverons à l’été un moment donné!…palpitant! 😁😅😂🤣😢😭😎
    Lyne

  2. Depuis que les photos de Manon ne sont plus sur Google Drive, je ne peux plus les voir… snif! snif! Toujours le même message d’erreur… Pourtant, les photos de Seb sont accessibles sur son Facebook.

    Enfin, au diable les bogues technologiques et profitez plutôt de l’essentiel. Tu me montreras tes photos au retour (celles que j’ai vues sont vraiment super!).

    Vous faites vraiment un beau voyage et vous avez bien de la chance. Savourez l’instant présent! (et n’oubliez pas de relaxer un peu! hihi!)

    Simon

  3. Allo Lyne,

    C’est toujours un plaisir de lire tes commentaires sur notre voyage. Je t’envoi de la chaleur et du soleil. Courage, le soleil finit toujours par retrouver son chemin et revenir sur notre belle ville.

    Manon 😆

    >

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s